CAVAC de Lanaudière

Aider et soutenir les victimes d'actes criminels
 
Le CAVAC de Lanaudière est un organisme sans but lucratif qui offre des services aux personnes victimes, aux témoins ainsi qu’à leurs proches des services professionnels permettant de diminuer l’impact des diverses conséquences reliées à un acte criminel et d’humaniser le processus judiciaire en leur offrant aide, support et accompagnement tout au long de leur démarche.
 
Joignez-vous à notre équipe dès maintenant pour faire une différence!

Partagez cette page avec vos amis:


Plus de détails sur l'employeur

Sections qui pourraient vous intéresser :


Mission du CAVAC de Lanaudière
 
À propos des CAVAC
 
Mission
 
Les CAVAC dispensent des services de première ligne à toute personne victime d’un acte criminel et à ses proches, ainsi qu’aux témoins d’un acte criminel. L’aide des CAVAC est disponible que l’auteur du crime soit ou non identifié, arrêté, poursuivi ou reconnu coupable.

Les CAVAC travaillent en collaboration avec les intervenants du milieu judiciaire, du réseau de la santé et des services sociaux et des organismes communautaires.
L’intervention des CAVAC auprès des personnes victimes se fait dans le respect de leurs besoins et à leur rythme. Elle s’appuie sur leur capacité de gérer leur propre vie et de prendre les décisions qui les concernent.
 
Historique
 
C’est au cours des années 1980 que l’Association québécoise Plaidoyers-Victimes (AQPV) fait des représentations auprès du ministre de la Justice d’alors, M. Herbert Marx, afin que soit adoptée une législation québécoise qui établirait clairement les droits des victimes d’actes criminels et rendrait possible l’ouverture de centres d’aide pour toute personne victime d’un crime ainsi que pour ses proches.
 
En 1988, l’Assemblée nationale adopte la Loi sur l’aide aux victimes d’actes criminels. Cette loi crée, entre autres, le Bureau d’aide aux victimes d’actes criminels (BAVAC), rattaché au ministère de la Justice.
 
Par cette loi, le BAVAC reçoit le mandat de favoriser l’implantation et le maintien de centres d’aide aux victimes d’actes criminels partout au Québec. Pour financer ces centres d’aide, la loi crée également le Fonds d’aide aux victimes d’actes criminels (FAVAC).
 
Quelques jours à peine après l’adoption de la Loi sur l’aide aux victimes d’actes criminels, le ministre de la Justice, M. Herbert Marx, annonçait publiquement l’ouverture du premier CAVAC, à Québec. Depuis, seize autres CAVAC ont vu le jour.

Adresse

290, rue Saint-Marc
Joliette, Québec  J6E 5H6 CA

Contact